Kagamé, Katumbi et le cheval de Troie au Congo-Kinshasa

0
178

Par Mufoncol Tshiyoyo

Faut-il que la jeunesse congolaise meure pour que Katumbi occupe la place d’un autre cheval de Troie de Paul Kagamé au Kongo de nos aïeux ?

Comme en 1997, la même fièvre qui a accompagné la « substitution » de Mobutu par la bande à Paul Kagamé traverse actuellement le microcosme socio-politique congolais.

L’escroquerie du siècle au Congo

Hier, il nous a été donné l’occasion d’entendre le chant, qui a été repris par tous, « Que Mobutu parte d’abord et on verra le reste après ». Je me dis toujours qui était ce « on » alors qu’il participait au remplacement de Mobutu, et j’insiste sur « remplacement », comme simple instrument à instrumentaliser pour habiller et justifier l’escroquerie du siècle au Congo. Cette gangrène fut entonnée avant ce qui fut considéré comme la « chute » de Mobutu. Mêmes ceux qui ont prétendu être ses véritables opposants, je vois ici les Mende, Pierre Lumbi et d’autres encore ont chanté cette mélodie. C’était pour masquer leur inaptitude, le fait d’avoir été incapables de chasser le mercenaire Mobutu par leurs propres moyens et efforts.

La jeunesse congolaise ne devrait en aucun cas ovationner ce qui se passe actuellement dans le pays quand c’est le mercenaire Kagame et l’Occident qui conservent la main sur le Congo alors qu’ils n’y sont pas forcés par une victoire arrachée par les masses populaires congolaises.

Ainsi, Ils pouvaient, et en toute quiétude, embrasser n’importe quel maître comme « allié », pourvu que Mobutu, ce mercenaire « invaincu » mais vaincu par son état de santé, parte, et même si de pauvres congolais n’étaient ni de près ni de loin associés à la célébration de la messe noire qui se disait avant, pendant et après cette effervescence.

Aujourd’hui, les mêmes reprennent le même schéma, la même voie, emprunte et réentonne le même Dialelo sans se poser des questions, sans chercher à savoir comment le Kongo-Kinshasa est arrivé à sa situation actuelle qui est en train de se reproduire sous les yeux de tout le monde, y compris de tous les diplômés et instruits congolais. Et comme hier, incompris, je reprends ma plume et je m’inquiète en stigmatisant l’homme congolais qui devient tout d’un coup un étranger pour moi.

Les élites Anglo-saxons ont décidé et contrôlé le remplacement de Mobutu

De la situation d’avant le remplacement de Mobutu, personne ne se montre assez courageux pour ne fut-ce qu’en parler. Et en parler serait mêm devenu synonyme de crime de lèse-majesté au motif que les « enfants de », l’église catholique, ainsi que la Kabilie, Paul Kagamé et l’Occident anglo-saxon que tous servent, et ce à titre divers, ont pris en otage les masses populaires congolaises comme elles ne peuvent réfléchir par elles-mêmes. Qui parlera à la place du peuple congolais, qui posera des questions, même si elles fâchent et en espérer des réponses ? Qui ? Mais qui ? Que le cheval de Troie de Paul Kagamé, Joseph Kabila, parte d’abord, on verra le reste après. Qu’est-ce qu’on verra ? Qui est dans le processus du remplacement du cheval de Troie de Paul Kagamé ? Est-ce Kagamé lui-même qui aurait donné son accord ?

Les Anglo-saxons et les belges qui pilotent l’instrumentalisation de la classe politique et sociale congolaise ? À l’entrée de l’AFDL à Kinshasa, l’ambassadeur des USA à l’époque au Congo, après la mort du général Mahele dira dans une interview qui est trouvable sur le net, et je cite de mémoire : « peu importe de mort de Mahele, l’essentiel pour nous, les USA, étaient que Kinshasa tombe sans effusion sanguine ». Je ne sais pas dans quelle langue expliquer cette phrase pour comprendre que ce sont les élites Anglo-saxons qui, les mêmes qui nous ont imposé l’humiliation rwandaise, ont décidé et contrôlé le remplacement de Mobutu. Et c’est ce que vous voulez aujourd’hui pour le Congo ? Pauvre Congo !

Comprendre que ce sont les élites Anglo-saxons qui, les mêmes qui nous ont imposé l’humiliation rwandaise, ont décidé et contrôlé le remplacement de Mobutu. Et c’est ce que vous voulez aujourd’hui pour le Congo ? Pauvre Congo !

Les « politiques » et les élites cicérones congolaises ont démontré leur limite pour ne pas dire qu’elles ont piteusement échoué. La chapelle catholique se trouvant dans la même situation que celle d’avant 1997 rassemble les masses populaires congolaises, sauf qu’elle le fait en recourant à l’argument de la domination rwandaise congolaise, celle-là même qu’aucun politique congolais n’a eu le courage d’utiliser pour mobilier le peuple congolais.

Et aujourd’hui, toute honte bue, ils rampent devant Monsengwo et se me rangent derrière cet argument qui sonne d’un coup comme appât pour tirer les masses populaires congolaises dans un piège qui leur est tendu sans qu’elles ne s’en aperçoivent. L’argument anti-Rwanda, de la bouche de ceux qui n’ont jamais cru en l’occupation du mercenariat rwandais au Congo ne serait juste qu’un leurre pour ne pas échouer comme les partis politiques congolais ont échoué dans leur mobilisation des masses. Il n’y a rien de contre le Rwanda et de contre Paul Kagamé dans cette démarche qui inquiète à peine les Ruberwa et autres. Ils s’y associent même.

Tout le monde n’est pas aveugle !

Je me demande s’il faille imposer à la Kabilie des accords qui caseraient le G7 de Katumbi dans une à la primature comme ce fut le cas avec l’UDI et l’URD de Kengo wa Dondo, de Pay-Pay, d’Alexis Tambwe, etc. Donc, tout ce bruit, c’est juste pour ça sauver et faire durer la mainmise de la Kabilie du mercenariat de Paul Kagamé au Congo ? La pâte à tarte de la médiocrité ne colle pas quand ceux qui prônent la médiocrité s’affichent partout et en images avec la même médiocrité.

C’est rare, mais pas impossible, que quelqu’un puisse se livrer à tuer des Congolais et quitter le pouvoir-os juste après. On ne recrute pas de mercenaires pour abandonner le fromage alors qu’on se croit être perché sur un arbre.

Après ses maîtres, c’est un Paul Kagamé tout souriant qui fait semblant de donner son quitus sur le départ ou pas de son cheval de Troie Joseph Kabila de la tête du Congo-Kinshasa. Même sur cette question, rien n’est encore sure sinon il n’y aurait pas de morts congolais. C’est rare, mais pas impossible, que quelqu’un puisse se livrer à tuer des Congolais et quitter le pouvoir-os juste après. On ne recrute pas de mercenaires pour abandonner le fromage alors qu’on se croit être perché sur un arbre.

Pauvre Congo ! Heureusement que tout le monde n’est pas aveugle à ce point. Et je ne saurais applaudir la chapelle catholique de Belgique au motif qu’elle soutient la CENCO dans son combat supposé contre la Kabilie alors que la même église catholique de Belgique a chassé le compatriote congolais, Abbé Pini-Pini de l’église catholique pour avoir écrit un livre contre la colonisation belge au Congo. Nenni, la jeunesse congolaise ne devrait en aucun cas ovationner ce qui se passe actuellement dans le pays quand c’est le mercenaire Kagame et l’Occident qui conservent la main sur le Congo alors qu’ils n’y sont pas forcés par une victoire arrachée par les masses populaires congolaises.

Ce sera sans nous. Un proverbe africain dit : « Celui qui rame dans le sens du courant fait rire les crocodiles. » Je ne veux pas une fin qui puisse ressembler à celle de 1997. Elle n’en était pas une.

Likambo oyo eza likambo ya mabele…

 

Mufoncol Tshiyoyo , en homme libre
MT & Associates Consulting Group