L’Afrique ne devrait pas suivre le modèle économique rwandais

0
290

Par NIC CHEESEMAN

[Note de la rédaction TFR : L’article original est en anglais. Il a été traduit en français par nos soins. Le lecteur voudra nous excuser pour les erreurs de syntaxe ou de traduction que la version française pourrait contenir.]

Le Rwanda est souvent présenté comme un exemple de ce que les États africains pourraient réaliser si seulement ils étaient mieux gouvernés. Sorti des cendres d’un génocide horrible, le président Paul Kagame a ressuscité l’économie, réduit la corruption et maintenu la stabilité politique.

C’est un record dont beaucoup d’autres leaders ne peuvent que rêver, et cela lui a valu des éloges dans le monde entier.

En 2011, le Comité International Olympique a décerné à Kagame le prix 2010 du CIO pour «inspirer les jeunes» dans le monde entier. Deux ans plus tard, la Said Business School de l’Université d’Oxford lui décerne le Oxford African Growth Award. En partie, le Rwanda a souvent été cité comme une réussite économique que le reste de l’Afrique ferait bien de suivre.

En réponse, les critiques ont cherché à percer l’image de Kagame en tant que réformateur progressiste en soulignant les violations des droits de l’homme commises sous son leadership. Mais alors que ce sont des préoccupations importantes, la notion que le modèle rwandais devrait être exporté souffre également d’un défaut plus fondamental: il ne fonctionnerait pas n’importe où ailleurs sur le continent.

LE MODÈLE

Un grand nombre des réalisations du président Kagame et de son parti du Front patriotique rwandais (FPR) sont véritablement impressionnants.

Depuis qu’il a pris le contrôle d’une nation profondément divisée qui avait désespérément besoin de reconstruction économique et politique en 1994, le contrôle personnel étroit que Kagame a établi sur la politique rwandaise lui a permis de maintenir la stabilité politique et de construire une plate-forme pour le renouveau économique.

Fait significatif, le nouveau gouvernement n’a pas hésité à attendre que les investisseurs étrangers et le «marché» inspirent la croissance.

Au lieu de cela, l’administration de Kagame est intervenue directement dans l’économie dans un processus de développement dirigé par l’État.

Plus particulièrement, son gouvernement a lancé l’activité économique dans des secteurs qui stagnaient auparavant en investissant massivement dans des secteurs clés par l’intermédiaire de sociétés de portefeuille appartenant à des parties, comme Tri-Star Investments.

Le secteur des télécommunications fournit un bon exemple de la façon dont cela a fonctionné. Selon un article de 2012 écrit par David Booth et Frederick Golooba-Mutebi, ayant été informé que le marché de la téléphonie mobile était trop petit pour intéresser les investisseurs étrangers, Tri-Star “a largement financé la mise en place initiale du réseau de téléphonie mobile MTN”. de la formation de MTN Rwanda à la fin des années 1990.

TÉLÉPHONE PORTABLE

Cette décision a considérablement réduit les coûts d’entrée pour MTN, et Tri-Star a également aidé l’entreprise à minimiser les risques financiers en prenant une part de 65%, MTN South Africa ne détenant que 26% des capitaux propres.

Au cours de la décennie suivante, le secteur de la téléphonie mobile s’est révélé être l’une des réussites les plus convaincantes du pays.

Au fur et à mesure que le marché s’est développé et que sa rentabilité a été démontrée, Tri-Star a pu transférer ses participations à la société mère sud-africaine jusqu’à ce qu’elle devienne l’actionnaire majoritaire en 2007.

Conjuguées à une gestion prudente de l’agriculture – qui représente environ 40% du PIB -, ces politiques ont entraîné une croissance économique d’environ 8% entre 2001 et 2013.

En conséquence, le pourcentage de personnes vivant en dessous du seuil de pauvreté est passé de 57% en 2005 à 45% en 2010, tandis que d’autres indicateurs du développement humain tels que l’espérance de vie et l’alphabétisation se sont également améliorés.

Un exemple pour la région?

Malgré les chiffres impressionnants, un certain nombre de critiques ont été adressées à la stratégie poursuivie par le gouvernement Kagame.

De toute évidence, le modèle rwandais sacrifie les droits humains fondamentaux – tels que la liberté d’expression et la liberté d’association – afin de soutenir l’hégémonie politique et le modèle économique du FPR. Il faut donc que les dirigeants politiques et leurs citoyens compromettent la démocratie pour le développement.

OPPOSITION

Cette décision peut être facile à prendre pour ceux qui jouissent du pouvoir politique, mais qui risquent de s’asseoir moins bien avec l’opposition.

Moins évident, le recours à des entreprises détenues par des partis pour relancer l’activité économique place le parti au pouvoir au cœur de l’économie et signifie que lorsque l’économie se porte bien, elle renforce la position du FPR déjà dominant.

Par exemple, Booth et Golooba-Mutebi estiment que Tri-Star a réalisé cinq à dix fois sa mise initiale en transférant le contrôle de MTN-Rwanda à sa société mère. À son tour, cela permet à Kagame de déterminer qui est autorisé à accumuler le pouvoir économique, et donc de couper les sources potentielles de financement pour les leaders de l’opposition et les critiques.

Il existe également de sérieuses questions sur la durabilité du modèle. Malgré le penchant de Kagame pour la rhétorique anti-occidentale et anti-aide, le Rwanda reste fortement tributaire de l’aide, avec environ 30 à 40% du budget provenant de donateurs internationaux.

Lorsque l’aide étrangère a été coupée en 2013 à la suite de la publication d’un rapport de l’ONU en 2012 montrant que le gouvernement rwandais armait les rebelles en République démocratique du Congo, la croissance est tombée à 4,7%.

Pourtant, bien que ces arguments existent depuis un certain temps, ils n’ont guère contribué à atténuer l’attrait du modèle rwandais pour de nombreux commentateurs et dirigeants.

OPPOSITION PLUS FAIBLE

Au Kenya, l’instabilité politique engendrée par une crise électorale prolongée a amené certains des conseillers du président Uhuru Kenyatta à affirmer que le pays ferait mieux si son système politique ressemblait davantage au Rwanda – ce qui signifiait une présidence plus forte et une opposition plus faible.

Lors de récentes visites au Zimbabwe, j’ai entendu des gens dire que ce ne serait pas nécessairement une mauvaise chose si le nouveau gouvernement d’Emmerson Mnangagwa suivait l’exemple de Kagame, car la création d’emplois et la réduction de la pauvreté sont plus importantes que la concurrence. élections.

Dans ces contextes, où les gens sont prêts à embrasser les aspects négatifs du modèle rwandais, l’argument le plus fort contre l’exportation ailleurs n’est pas qu’il est antidémocratique, ou qu’il centralise le pouvoir économique entre les mains du parti au pouvoir, mais qu’il ne fonctionnera pas réellement.

Pourquoi ça ne marche pas partout

L’un des efforts les plus rigoureux pour conceptualiser les conditions politiques qui ont rendu possible le modèle rwandais a émergé du projet de recherche African Power and Politics dirigé par David Booth, Tim Kelsall et d’autres. Ils soutiennent que le gouvernement de Kagame est un exemple de «patrimonialisme développemental», dans lequel les aspects potentiellement dommageables de la politique patrimoniale – les emplois pour les garçons, le gaspillage et l’inefficacité – sont contrôlés par un dirigeant capable de contrôler étroitement les réseaux de patronage. .

LA CORRUPTION

Cette autorité doit être établie à l’interne et à l’externe.

Un contrôle politique externe est nécessaire car la menace d’une défaite électorale de la part d’un puissant parti d’opposition encouragera probablement les gouvernements à privilégier la survie à court terme plutôt que les investissements à long terme dans l’avenir du pays. Le contrôle interne est nécessaire parce que sinon le manque de freins et contrepoids sur le parti au pouvoir est susceptible d’exacerber la corruption.

Lorsque ces conditions sont réunies, les éléments du patrimonialisme peuvent être économiquement productifs en générant des ressources qui peuvent être réinjectées dans le système.

Dans le cas rwandais, la domination politique de Kagame et l’extension du contrôle exercé par le parti au pouvoir sur l’économie n’ont pas nui au développement car les fonds générés par les entreprises appartenant aux partis ont été réinvestis principalement dans l’économie.

Ainsi, pour que le modèle rwandais fonctionne, il faut un leader politique et un parti au pouvoir capable a) d’établir un contrôle central strict sur le système politique, b) d’utiliser ce contrôle pour limiter la corruption et c) de garantir que les produits du patrimonialisme renforcer l’infrastructure nationale et promouvoir la croissance économique.

Le problème est que ces conditions ne tiennent pas dans la plupart des états africains.Bien que les transferts de pouvoir restent relativement rares sur le continent, il n’y a qu’un petit nombre d’Etats dans lesquels le parti au pouvoir jouit du niveau de contrôle observé au Rwanda: Cameroun, Tchad, Guinée équatoriale et Namibie, et peut-être quelques autres Angola et Botswana.

CONTRASTE

En revanche, dans la plus grande partie du continent, l’opposition est trop forte pour que ce degré de contrôle politique soit maintenu. Au Kenya, par exemple, l’opposition a toujours remporté 40 à 50% des sièges au parlement et la même proportion du vote présidentiel.

De même, au Zimbabwe, le Mouvement pour le changement démocratique de Morgan Tsvangirai s’est affaibli ces dernières années, mais reste une force politique considérable dans les zones urbaines.

Dans le même temps, même certains des États qui comptent des partis au pouvoir plus dominants n’ont jamais réussi à imposer une discipline économique à leurs gouvernements.

Au lieu de cela, le clientélisme enraciné et le factionnalisme interne ont généralement miné les efforts de lutte contre la corruption dans des pays comme l’Angola et le Tchad, avec des conséquences négatives sur la réduction de la pauvreté et la croissance économique.

ÉCONOMIE

Dépouillée du contrôle politique interne et externe nécessaire à son fonctionnement, l’application du modèle rwandais risque d’aboutir à des résultats très différents.

D’une part, l’extension du contrôle du parti au pouvoir sur l’économie risque davantage d’accroître la corruption et les gaspillages que de stimuler l’activité économique.

D’autre part, les efforts visant à établir l’hégémonie politique en réduisant les partis d’opposition à seulement quelques sièges au parlement sont susceptibles d’être fortement résisté, conduisant à une sorte d’instabilité politique qui sape l’économie.

En d’autres termes, si d’autres pays du continent tentent de mettre en œuvre le modèle rwandais, ils risquent de subir l’ensemble de ses coûts tout en profitant de peu de ses avantages.

Nic Cheeseman (@fromagehomme) est professeur de démocratie à l’université de Birmingham et auteur de Democracy in Africa: succès, échecs et lutte pour la réforme politique.

Source: http://www.france-rwanda.info/2018/01/l-afrique-ne-devrait-pas-suivre-le-modele-economique-rwandais.html